L’observation est la base du dessin

L’immense problème est de savoir quoi dessiner dès le moment où on veut studieusement commencer le dessin.

Évidemment, la question ne concerne pas la période avant laquelle on a décidé de faire du dessin notre métier. Il est évident que notre passion ne naît pas du jour au lendemain dans la majorité des cas. Quand nous sommes enfants, on dessine naturellement tout et rien pour notre simple plaisir créatif. Notre famille, sœur, père, mère, des dessins animés ou des mangas. On dessine tout ce que l’on peut et tout ce qui nous rend heureux au moment présent. Pour ma part, je dessinais des mangas type Dragon Ball Z que je copiais souvent. Arrivé à l’adolescence, au collège, je copiais des personnages que je voyais dans les magazines. Je dessinais partout même en cours. Évidemment, je ne vous le recommande pas.

Mais que se passe-t-il dès le moment où on veut progresser, apprendre de nouvelles choses, car ça y est, c’est décider. Je vais faire du dessin mon métier et vivre de mes œuvres ?

Évidemment, il y a de très bonnes les écoles d’art où tu pourras y apprendre énormément. Comme les gobelins : école de l’image ou encore l’ ESMA qui est une école Supérieur des métiers artistiques avec une filière animation 3D.

De manière générale, ces écoles ont un coup très élevé et dépassent facilement les 5 000 € à l’année. Lorsque j’étais à Lyon, c’était le prix pour la première année puis ça augmentait en fonction des années pour finir à presque 9 000 € la 5e année. 
Admettons que nous n’ayons pas les moyens financiers de pouvoir accéder à ses écoles. Alors comment progresser quand nous sommes seul devant notre bureau, assis sur une chaise ? Par quoi commencer ?

Nous allons aborder 3 phases importantes à entreprendre pour se lancer dans l’apprentissage sérieux du dessin. Mais avant de vous annoncer, ces 4 chapitres. Vous devez savoir que pour réellement progresser dans le dessin, la pratique ne se fait pas une fois de temps en temps, mais tous les jours. Vous devez être focalisé, vivre le dessin, manger le dessin, dessiner le dessin, peindre le dessin, concentré dessin à 100 %. C’est la condition, il n’y a pas d’alternatif, vous devrez bosser.

Si vous dessinez pour dessiner sans être concentré sur ce que vous faites, vous progresserait beaucoup plus lentement que si vous étiez concentré. Pas de distraction telle que le portable ou des films, mettez une bonne musique de concentration et allez-y à fond.

Première exercice – Le modèle vivant:

Je le dis et le redirai autant de fois qu’il le faut. Le modèle vivant et la meilleure manière de commencer le dessin. Pourquoi ? La réponse est simple, car le corps humain concentre tous les aspects de ce que vous aurez à apprendre, perspective, volume, proportion, valeur, forme géométrique exetera.

Il y a trois manières d’aborder le dessin d’un corps humain. La première va servir d’échauffement ou de donner du dynamisme à votre dessin.

Les pauses courtes: les croquis

[images style=”0″ image=”https%3A%2F%2Fartcademyatelier.fr%2Fwp-content%2Fuploads%2F2018%2F10%2FDSC04220.jpg” custom_width=”Y” width=”544″ custom_width_val=”300″ align=”center” top_margin=”0″ full_width=”Y”]

 

 

Elles peuvent aller de 30 secondes à 2 minutes.

C’est la première étape à maîtriser pour apprendre de dessin et pour réaliser des dessins d’imagination. L’esquisse vous permet de traduire rapidement en quelques traits ce que vous voyez. Le croquis rapide et la base de tout dessin que vous allez développer plus tard. Il permet de donner à votre modèle vie, fluidité et dynamisme. Si cette base est fragile, le dessin final le sera aussi. Cette étape est certainement la plus importante de tous, dans chaque dessin que vous allez réaliser.

Au début, il va être très compliqué de donner un effet dynamique à vos croquis. Oui, car l’erreur des débutants est souvent de dessiner avec la main et en petit.

Premièrement, je vous conseillerais alors de dessiner sur des grandes feuilles, des feuilles raisin de préférence. Vous aurez ainsi la place nécessaire pour vos croquis et aucun espace qui délimitera la taille de vos dessins.

Deuxièmement au lieu de dessiner avec simplement les mouvements du poignet, il est préférable de dessiner en faisant bouger tout le bras. C’est donc le poignet, le coude et votre épaule qui seront en mouvement. L’idée est que le mouvement du bras donnera une amplitude plus fluide à vos croquis. Sur un grand espace, cela facilite le rendu dynamique de vos croquis.

Maîtrisez cette étape et vous développerez une technique propre a vous même. Entrez sans une esquisse claire, votre dessin prendra une fluidité dynamique qui sera votre écriture personnelle.

Ne vous concentrez pas sur les proportions sur des pauses aussi courtes mais n‘oubliez pas que l’observation et la base dans mon dessin.

Les croquis de 5 minutes:

[images style=”0″ image=”https%3A%2F%2Fartcademyatelier.fr%2Fwp-content%2Fuploads%2F2018%2F10%2FIMG_20180610_113623.jpg” custom_width=”Y” width=”535″ custom_width_val=”300″ align=”center” top_margin=”0″ full_width=”Y”]

Cette étape permet de pousser un peu plus le croquis et d’appréhender des phases un peu plus évolué que lors des pauses courtes.

Dans une pause de 5 minutes, vous pouvez vous attarder davantage aux proportions, au volume, à l’anatomie, aux points de repère, aux formes géométriques du corps humain. À ce stade, il n’est pas nécessaire de dessiner les pieds et les mains de manière détaillée, mais plutôt de rester sur des formes basiques. Rester toujours en forme géométrique pour une meilleure compréhension des volumes du corps.

Les pauses de 5 minutes sont le prolongement d’une pause de 30 secondes 2 minutes. Je vais donc partir des mêmes bases que les pauses courtes puis les prolongés.

Les pauses longues :

[images style=”0″ image=”https%3A%2F%2Fartcademyatelier.fr%2Fwp-content%2Fuploads%2F2018%2F10%2FDSC04217.jpg” custom_width=”Y” width=”511″ custom_width_val=”300″ align=”center” top_margin=”0″ full_width=”Y”]

Il s’agit de réaliser la représentation d’un modèle sur plusieurs heures. Cette fois, c’est l’esthétique qui est davantage mise en avant.

Il va s’agir pour vous de représenter les vraies formes du corps humain ou d’un portrait selon ce que vous avez devant vos yeux, de représenter les ombres et lumières, l’anatomie, le volume, la perspective, les textures, le cadrage, le contour, la forme du corps. Tous les éléments étudiés dans le dessin sont montrés dans les pauses longues.

Le but va être de présenter un dessin fini que vous pouvez accrocher sur le mur de votre salon.

Autoportrait:

Placer un miroir devant et enchaînez les autoportraits, c’est le meilleur moyen pour vous d’apprendre à dessiner une tête.

Je ne l’ai pas précisé précédemment, mais il est préférable de dessiner en 3D plutôt qu’en 2D. L’avantage est que nous avons notre objet en 3D directement devant nos yeux, alors qu’un modèle sur une feuille en 2D nous pousse à réfléchir en 3D.

Je vous conseille de faire minimum un autoportrait par jour même si cela doit durer 1 an, vous verrez une progression extraordinaire ! L’inconvénient va être que tous vos portraits se ressembleront si vous faites du dessin d’imagination, c’est la raison pour laquelle il faut varier les portraits et apprendre l’anatomie de la tête, en appliquant ce que vous apprendrez dans les livres. Le livre Drawing The Head and Hands  de Andrews Loomis est certainement l’un des meilleurs livre pour apprendre le dessin de portrait et l’anatomie de la tête.

Dessin de plâtre

Après les croquis, le dessin de plâtre et certainement la base du dessin pour qui veut étudier le dessin classique et académique. Dans une école de dessin classique, l’étude du plâtre est enseignée dès la première année.

Vous me direz : ok, étudiez le plâtre, je n’ai pas de plâtre chez moi et ça coûte cher. De plus ça prend énormément de place. Il y a les musées bien évidemment, et je comprends tout à fait. Mais il y a toujours une alternatif. Les musées, qui regorgent de buste et de sculptures classiques sont un endroit parfait pour étudier la sculpture de plâtre. Par chance en dessous d’un certain âge, 25 ans en générale et lorsque vous êtes étudiants, l’entrée des musées sont gratuits. Vous pouvez y faire un tour environ une fois par semaine et étudier les plâtres.

Ce que j’aime particulièrement dans l’étude des plâtres, c’est leur anatomie exagérée. Cela permet de mieux comprendre comment fonctionnent les muscles et les accroches des muscles sur les os.

Dans les ateliers d’étude plastique, le dessin de plâtre et l’exercice le plus pratique, car tout comme le modèle vivant, il inclut le travail des proportions, de la perspective, du volume et des valeurs. C’est l’un des fondements le plus essentiel du dessin.

Le dessin de plâtre demande une certaine capacité pour exprimer ce que l’on perçoit. L’absence de couleur est un grand avantage, car il offre l’opportunité de traduire plus facilement ce que l’on voit.

En dessinant, votre acuité visuelle est votre capacité de réflexion progresseront et donneront plus de confiance.

Le dessin d’objets

Dernier élément qui n’a rien à envier au modèle vivant et au dessin de plâtre. Dessiner des objets en 3D vous apprendra la perspective et la mise en place d’une mise en scène structurer. De plus, des objets sont accumulés partout, autour de vous. Où que vous soyez, dans la rue, dans un parc, chez vous ou dans vos toilettes, à n’importe quel moment vous aurez des objets devant vos yeux.

Pour apprendre comment fonctionne la perspective, je vous renvoie vers mes cours: Comment dessiner la perspective